30 juin 2007

ISLAM : Ce que l’Occident doit savoir (1)


PART 1. « There is no God but Allah and Muhammad is his Prophet »

Partie 1. « Il n’y a de Dieu qu’Allah et Mahomet est Son Prophète »

Dans la théologie islamique, le prophète Mahomet est considéré comme « al-insan al-kamil », c'est-à-dire l’Homme Parfait. Il est le modèle par excellence à imiter, il est la personne à qui plus un musulman ressemble, mieux cela vaut pour lui. Le prophète Mahomet est donc révéré, de nos jours, dans le monde islamique, en tant que principal modèle de comportement humain.

(Walid SHOEBAT, Auteur de « Why I left Jihad »)

Walid SHOEBAT : Mahomet, le prophète de l’islam, nettoya l’Arabie Saoudite de la présence juive ; il y avait trois tribus – les Banu Nadhir, les Banu Qorayza et les Banu Qaynoqa. Nous étudiions cela fièrement à l’école, la façon dont Mahomet, prophète de l’islam, avait ordonné la décapitation des hommes juifs des Banu Qorayza, et dont leurs femmes avaient été prises comme concubines. Un enfant qui présentait des poils pubiens était décapité. La population juive a donc été, selon le cas exilée, ou décapitée.

L’histoire de Rabbi Kinana est une histoire bien connue et documentée en islam. Rabbi Kinana fut torturé sur ordre du prophète de l’islam lui-même. On lui arracha les yeux, on le brûla, pour lui faire avouer où la tribu juive cachait son or, son argent, etc. Ca vient tout droit des hadiths. Cela nous inspirait, nous les palestiniens, cela nous donnait l’inspiration pour mener le jihad contre les juifs, en Palestine

AUTHORATIVE ISLAMIC HISTORY
The Life of Muhammad / Sirat Rasul Allah
By Muhammad bin Ishad (d 773 AD)
Edited by Abdul Malik bin Hisham (d 840 AD)
Translated by Prof Alfred Guillaume (1955)

HISTOIRE ISLAMIQUE OFFICIELLE
La vie de Mahomet (Sirat Rasul Allah)
Par Mohammed ibn Ishâq (mort en 773 ap. JC)
Edité par Abdul Malik ibn Hishâm (mort en 840 ap. JC)
Traduit par le professeur Alfred Guillaume (1955)
(traduction française basée sur celle de Wahib Atallah (2004) )

Alors les Banu Qurayza (ou ‘Qorayza’) se rendirent, et le prophète les fit enfermer à Medine […].

Il alla ensuite sur la place du marché de Médine, et y fit creuser des fossés. Puis il les fit venir et, par petits groupes, leur coupa la gorge sur le bord des fossés. Ils étaient 600 à 700 hommes, bien que certains disent même 800 ou 900.

[Naibed] NB: pour trouver une source de documentation très complète sur les origines de l’Islam :
http://www.islam-documents.org/
http://www.islam-documents.org/chap11.html

Robert SPENCER : un autre exemple, qui est peut-être encore plus terrifiant, de l’influence nocive qu’à le modèle de Mahomet sur le monde islamique, est celui, récent, de cet égyptien, leader d’un parti extrémiste musulman, qui a écrit tout récemment qu’il ne pouvait pas croire que les décapitations en Irak soient causes de protestations chez des musulmans. Ne savaient-ils pas que le prophète Mahomet lui-même avait décapité personnellement entre 600 et 900 hommes, des membres de la tribu des Qorayza en Arabie, après les avoir vaincus ? Ne réalisaient-ils pas que, si le prophète l’avait fait, alors c’était la bonne façon de se comporter.

Et donc que les moudjahiddins qui décapitent des gens en Irak ne font que suivre l’exemple du prophète. Nous pouvons dès lors voir que puisque le prophète Mahomet a pris part lui-même à beaucoup de batailles et de raids, et qu’il a effectué ces décapitations, qu’il a ordonné l’assassinat de plusieurs de ses adversaires politiques, et qu’il se soit comporté de manière générale en chef de guerre typique du VII° siècle, le problème est que lorsque tout ceci est transféré au XXI° siècle, à un comportement dans le contexte du XXI° siècle, ce que vous obtenez, ce sont des terroristes.

Le Coran occupe une place qui n’a pas de parallèle dans la civilisation occidentale. Le Coran est considéré par les musulmans et par la théologie islamique traditionnelle comme ayant été dicté mot à mot par Dieu, par Allah lui-même, via l’ange Gabriel au prophète Mahomet.

En conséquence, chacun de ses mots est un mot de Dieu lui-même. Chaque mot du Coran, à moins qu’il ne soit annulé par un autre passage du Coran lui-même, est valable à jamais et ne peut pas être mis en doute, ne peut pas être réformé, ne peut pas être changé dans un contexte islamique. Ceci signifie que les musulmans modérés, les musulmans pacifiques, s’ils sont sincères, doivent rejeter entièrement le littéralisme coranique.

Mais agir ainsi les place hors de la sphère de tout ce qui a jamais été considéré comme étant l’islam orthodoxe à travers les siècles. Parce qu’agir ainsi, c’est rejeter le principe de base même de l’islam, à savoir que ce livre a été dicté par Dieu, et qu’il est la copie parfaite d’un livre parfait – « Umm al-Kitâb », la « mère du livre » - qui existe depuis toujours auprès d’Allah dans les Cieux.

THE NOBLE KORAN
Translated with Parenthetical Notes by Dr Muhammad Taqi-ud-Din Al-Hitali
Traduction française basée sur celles de Muhallad Hamidullah et de Regis Blachère.

Coran Sourate 98, verset 6 : les infidèles [ceux qui n’auront pas cru à l’islam, au Coran et à Mahomet] parmi les gens du Livre [juifs et chrétiens], ainsi que les Associateurs [polythéistes] iront au feu de l’Enfer, pour y demeurer éternellement. De toutes les créatures, ce sont les pires.

Serge TRIFKOVIC : Le Coran est donc simplement un ensemble d’ordres directs et de descriptions narratives de ce qui arrivera si ces ordres ne sont pas suivis, des descriptions parfois très déformées provenant du judaïsme et du christianisme. A cause de la nature normative de ces commandements, le deuxième corpus le plus important pour la jurisprudence et l’entité islamique est la Tradition prophétique, les hadiths.

Robert SPENCER : Les hadiths sont indispensables pour donner un quelconque sens au Coran, parce que dans le Coran, Allah s’adresse à Mahomet et ils discutent d’incidents de la vie de Mahomet, mais ils ne disent pas ce dont il est question. Il faut donc aller chercher dans les hadiths, la tradition du prophète Mahomet, pour comprendre ce qui est dit dans le Coran et pourquoi.

Les hadiths comprennent de très nombreux volumes de traditions liées au prophète. Différents érudits musulmans à partir du VIII° siècle, ce qui représente un temps considérable écoulé depuis la mort du prophète en 632, ont commencé à collecter ces traditions et à essayer par différents moyens, de séparer celles qui étaient authentiques de celles qui ne l’étaient pas.

D’un point de vue islamique, si quelque chose que Mahomet a fait ou dit est enregistré dans l’un de ces livres, elle possède une autorité qui n’est inférieure qu’à celle du Coran. Et dans ces livres, il y a beaucoup de choses qui éclairent ce que dit le Coran, et comment il s’applique aux musulmans de nos jours.

AUTHORATIVE TRADITIONS OF THE PROPHET MUHAMMAD
The hadiths of SAHIH AL-BUKHARI
Translated with Parenthetical Notes byDr Muhammad Muhsin Khan.

TRADITIONS OFFICIELLES DU PROPHETE MAHOMET
Les hadiths du SAHIH AL-BOUKHARI
Traduction française basée sur Al-Bayan v2.0

SAHIH AL-BOUKHARI Volume 4, livre 52, Hadith 53 : Le prophète a dit :
« Il n’est point d’homme ayant obtenu auprès d’Allah une récompense [dans l’au-delà] qui se réjouirait à l’idée de revenir sur cette terre, obtînt-il même tout ce bas monde et ce qu’il contient. Il faut cependant faire une exception pour le martyr, qui, ayant vu la supériorité de son statut, se réjouirait de revenir sur terre pour être de nouveau tué (dans la voie d’Allah) ».

Le prophète a dit : « Une matinée ou une soirée d’effort [de lutte] dans le sentier d’Allah vaut mieux que tout ce sur quoi le soleil se lève et se couche. »

Serge TRIFKOVIC : Puisqu’il n’y a pas de notion de moralité naturelle en islam, vous devez aller dans le Coran ou dans les hadiths pour trouver ce qui est permis et ce qui n’est pas permis…

Robert SPENCER : Et dans ces livres, nous avons des instructions très claires de la part du prophète Mahomet, disant qu’il est de la responsabilité des musulmans de rencontrer les non-croyants sur le champs de bataille, de les inviter à accepter ou l’islam, ou le statut de dhimmi, statut de citoyen de seconde classe dans l’état islamique. Et s’ils refusent ces deux options, alors de leur faire la guerre.

Coran 9:29 Combattez ceux qui ne croient ni en Allah ni au Jour dernier, qui n’interdisent pas ce qu’Allah et Son messager ont interdit, et qui ne professent pas la religion de la vérité [l’islam], parmi ceux qui ont reçu le Livre [juifs et chrétiens], jusqu’à ce qu’ils versent la Jizyah [taxe de capitation] de leurs propres mains, et alors qu’ils sont humiliés.

Walid SHOEBAT : Le Coran peut être décomposé en deux partie. L’une est appelée « Mekkiya », c'est-à-dire ce qui a été inspiré à Mahomet, prophète de l’islam, à La Mecque ; l’autre est nommée « Mediniya », ce qui a été inspiré au prophète de l’islam, à Médine (ou Yathrib). A la Mecque, vous trouvez la plupart des versets pacifiques ; Mahomet vivait alors en paix et en harmonie avec les communautés juives et chrétiennes, alors il y avait de nombreux versets dans le Coran qui [reflètent ça], les musulmans priaient même en se tournant vers Jérusalem ! Il y a alors beaucoup d’éléments qui montrent une unité entre les confessions juive, chrétienne et musulmane.

Serge TRIFKOVIC : Il y a en effet quelques versets dans le Coran qui pourraient être qualifiés de pacifiques et tolérants ; notamment l’injonction contre l’utilisation de la contrainte en matière de religion. Ces versets datent presque toujours des débuts de la carrière prophétique de Mahomet dans sa ville natale de La Mecque, alors qu’il était sans pouvoir, qu’il commençait à peine à attirer des disciples.

Abdullah Al-ARABY : Seuls quelques parents et amis avaient accepté la religion à cette époque, et il avait beaucoup d’ennemis, alors les révélations de cette époque étaient très pacifiques.

Serge TRIFKOVIC : Et tout change avec l’instauration du petit état théocratique de Mahomet dans la ville de Médine. Il devient un seigneur de guerre, il devient le chef d’un état totalitaire, il devient très riche, très puissant, et très intolérant. Et alors, beaucoup de ces premiers versets sont en fait abrogés.

Robert SPENCER : Dans le Coran, sourate 2, verset 106, il est dit, ou plutôt Allah dit que « Si nous abrogeons (« Nous », c’est Allah), si nous abrogeons un verset quelconque, nous en apportons un meilleur. »

Coran 2:106 : Si nous abrogeons un verset quelconque ou que nous le fassions oublier, nous en apportons un meilleur, ou un semblable. Ne sais-tu pas qu’Allah est Omnipotent ?

Robert SPENCER : C’est la base, le fondement de la doctrine coranique du « naskh », c’est-à-dire de l’abrogation. L’idée est que, lorsque des versets sont contradictoires, ou semblent être contradictoires dans le Coran, celui qui a été révélé le plus tardivement, chronologiquement, est le meilleur, comme Allah l’a promis, et annule le premier.

Walid SHOEBAT : C’est alors que la violence commença. A partir de là, il fallut choisir entre versets pacifiques et non pacifiques, et …le décret fut que les premiers étaient dès lors annulés.

Serge TRIFKOVIC : C’est en effet un concept très curieux pour un non-musulman d’accepter l’idée que Dieu puisse changer d’avis sur certains sujets, et puisse émettre une injonction en 614 ap. JC …

=> Coran 2:256 : Nulle contrainte en religion !

Serge TRIFKOVIC : …puis une autre, très différente en 627 ap. JC …

=>

Coran 9:5 : […] Tuez les infidèles où que vous les trouviez […].
Si ensuite ils se repentent, accomplissent la Salât et acquittent la Zakat
[càd : acceptent l’islam] alors laissez leur la voie libre.

Serge TRIFKOVIC : mais c’est effectivement ce qui s’est passé en islam.

Robert SPENCER : Il est très important de comprendre que le Coran n’est pas organisé chronologiquement, il est organisé simplement [selon la longueur des sourates], en commençant par le chapitre le plus long et en terminant par le plus court.

Serge TRIFKOVIC : Vous trouverez donc dans le livre lui-même certains des versets les plus tolérants plus loin dans le livre que les plus intolérants, ceux qui prônent la violence et la subjugation des infidèles, mais ça ne veut pas dire qu’ils soient venus plus tard, c’est même plutôt le contraire. S’il y a jamais deux injonctions, celles qui ont été révélées plus tard à Médine sont celles qui restent valables, et les plus anciennes, datant de La Mecque, qui sont abrogées.

Walid SHOEBAT : Les versets pacifiques furent rendus « mansukha », c'est-à-dire, nuls et non avenus, par des versets comme celui de l’Épée.

Robert SPENCER : La théologie islamique traditionnelle affirme que le neuvième chapitre du Coran, la sourate 9, est la dernière révélée dans la carrière du prophète ; et c’est la seule à ne pas commencer par « Bismillah ar-rahman ar-rahim » (Au nom d’Allah, le clément, le miséricordieux). Certains ont dit que c’était parce qu’il n’y a ni clémence, ni miséricorde dans ce chapitre, et qu’il contient l’avis final du Coran sur le jihad et, en particulier, sur la façon dont les musulmans doivent se comporter vis-à-vis des non-croyants. C’est dans cette sourate que l’on trouve le célèbre « verset de l’Épée ».

Walid SHOEBAT : Que dit le verset de l’Épée. C’est très clair. « Lorsque les mois sacrés sont écoulés, tuez les associateurs où que vous les trouviez, capturez-les, assiégez-les et guettez-les dans toute embuscade. Tuez-les où que vous les trouviez ! »

En fait, je me suis converti au christianisme. Mahomet a clairement déclaré qu’à la fin
des temps, nombre de gens quitteront la foi pour une autre. « Tuez-les où que vous les trouviez »… Alors… c’est ce que l’Occident doit comprendre. Quelle partie de « Tuez » ne comprennent-ils pas ?


10 commentaires:

spqr a dit…

Bonjour,

merci pour vos commentaires enrichissants sur le fil "Sarkozy : Le discours de Dakar".

Votre dernier post (que vous avez émis deux fois en constatant que le premier ne passait pas) avait été mis en spam et en plus n'était apparu dans liste que 24h après pour une raison inconnue.
Il est maintenant rétabli.

A bientôt.

Naibed a dit…

Merci. En ce qui concerne les filtre anti-spam, je me demande s'il ne déclenchent pas aussi dès qu'on atteint dépasse un certain nombre de liens dans un message.

(c'est embêtant pour quelqu'un comme moi, qui aime documenter :( )

A bientôt aussi.
(le plus tôt possible, j'espère.

Mais compte-tenu de mes contraintes professionnelles, qui sont, pour l'instant particulièrement prenantes...)

spqr a dit…

Si, mais il est réglable ; j'ai du le mettre à 18 ou 20 : il y a de la marge :-)

Il suffit d'écrire quelques mots anglais bien choisis pour qu'un post atterrisse dans les spams.

spqr a dit…

Ah ! J'oubliais :

j'ai profité du coup d'aile ;-)

Merci.

spqr a dit…

Naibed, tu as été trop dure envers Ginette.
Ginette n’a rien d’une gauchiste ; un petit tour sur son blog avant t’aurais montré qu’elle n’est pas vraiment politisée :!:
Sur le fond, je suis d’accord avec ton post, mais là, tu t’es trompée de cible, il ne fallait pas que tu t’adresses à elle.
Tu as démarré au quart de tour, cela aurait été bien sur d’autres fils, tel « La plus bête du monde… » , où nous ne nous sommes pas privés de leur rentrer dans le lard, mais pas ici.

spqr a dit…

Nous avons déjà eu plusieurs communications fructueuses.
Je te propose un échange de liens.
A bientôt.

Naibed a dit…

Vi víí... Je ne suis - a priori - pas forcément contre l'échange de liens.
Surtout quand ledit lien est vigoureux, superbe, bien membré, toussa...
~~~~[ snip petit moment de faiblesse et de pâmoison bien compréhensible ]

Bon, ben c'est pas toussa, ce fameux lien, ...il est où ?

spqr a dit…

:-)) :!: :lol: ;-)

De mon côté, il est à gauche sur la page d'accueil.

De ton côté, vois avec blogspot, comment on fait, il y a sûrement des champs prévus pour cela.

Un exemple ici (regardes en bas à droite) :
un blog blogspot

daria a dit…
Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.
aissa597 a dit…

bon alors tout d'abord je me présente, je m'appelle alexandre g choisit "aissa" en référence à jesus quand j'ai attesté envers l'islam. Je tiens a préciser que je n'ai pas attendu k'on me menace pour rentrer ds l'islam tout comme nos amis asiatiques qui représentent les 3 quarts des musulmans du monde. Je n'accepte pas qu'on catégorise l'islam comme sectaire certe on parle de communauté mais la société vient des principes fondamentaux de la religion. Aucun homme, orgueuilleux soit il, n'aurait pu se donner des limites dans ce bas monde. Je pense qu'il faut savoir s'adapter mais en aucun cas se soumettre à la société mais la manipulation a suivit son cours on se met à rire de a victime et nn du bourreau reveillez vous enfin!!!!